IFA 2011 : quand les tablettes côtoient les liseuses numériques

CloudMobilitéTablettes

L’IFA 20111 prend fin et les constructeurs y vont de leurs ultimes produits pour tirer leur révérence. Sony propose le Reader Wi-Fi, une liseuse numérique 6 pouces. Face à elle, la tablette tactile Eee Pad Slider d’Asus.

Le salon de l’électronique IFA de Berlin touche à sa fin et les constructeurs se bousculent au portillon pour présenter leurs derniers produits. Dans la foule des démonstrateurs de dernière minute, Sony et Asus officialisent respectivement une liseuse numérique et une tablette tactile hybride.

Sony délaisse un temps ses ardoises (les Tablet P et S) pour perpétuer la tradition des e-books avec son Reader Wi-Fi.

Ce terminal au nom évocateur dispose d’un écran de 6 pouces à encre numérique. Son interface de connexion sans fil lui donne accès aux catalogues virtuels de plusieurs bibliothèques canadiennes et américaines, en partenariat avec Sony.

Au total, ce sont près de 2 millions et demi d’ouvrages au format TXT, PDF ou ePub que cet appareil lourd de 168 grammes pourra ingérer. Nombre d’entre eux sont libres de droits et par conséquent consultables sans frais.

Disponible à compter du mois d’octobre, pour la somme de 149 dollars outre-Atlantique, le Reader Wi-Fi sera décliné en une édition spéciale “Pottermore” destinée aux inconditionnels de l’apprenti sorcier Harry Potter.

Est-il à même de faire de l’ombre à l’Eee Pad Slider, dernière tablette 2-en-1 d’Asus et successeur du Transformer ? Ces deux types de machines ne jouent certes pas dans la même catégorie, et sont traditionnellement plus opposés que complémentaires.

En témoigne notamment le gabarit du Slider, épais de près de 17 millimètres, pour un bon kilo sur la balance. Le tribut à payer pour bénéficier d’un clavier coulissant, mais intégré au châssis, donc non-amovible.

La mobilité s’en trouve d’autant plus réduite, en dépit d’une compacité qui ramène l’ensemble à des mensurations honnêtes :  27 centimètres sur 18.

Dans les grandes lignes, aussi généreuses soient-elles, on retrouve les traits caractéristiques des terminaux Android, le Transformer en tête : un processeur Nvidia Tegra 2 à 1GHz, 1 Go de RAM et une dalle 1280 x 800 à rétro-éclairage LED.

Quand bien même l’écosystème Asus demeure, sans surcouche mais avec MyCloud ou encore MyLibrary, on perd l’USB standard, remplacé par un mini-USB qui requerra l’utilisation d’un adaptateur.

A 499 euros pour le modèle de base, les tarifs s’envolent face à des lecteurs d’e-books. En sachant néanmoins que l’usage en est radicalement différent.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur