Numérique : un marché français qui manque de souffle

CloudEntreprise

Selon Syntec Numerique, la croissance des secteurs “Logiciels – conseil et services informatiques – conseil en technologies” va continuer de ralentir en 2012 : +1,2% (contre 3,6% l’an passé). Le recrutement et la formation sont deux enjeux majeurs.

Syntec Numerique parie sur une croissance des secteurs “Logiciels – conseil et services informatiques – conseil en technologies” de 1,2%. C’est une “confirmation” de l’estimation de novembre 2011.

Cela restera difficile pour le premier semestre mais la deuxième partie de l’année devrait être plus favorable.

Une des raisons évoquées en dehors de la conjoncture économique : l’élection présidentielle.

Des chantiers IT dans le secteur public sont suspendues en raison de la course à l’Elysée qui bloque les initiatives ministérielles et celles des grandes adminsitrations, estime la chambre professionnelle des métiers liés aux nouvelles technologies.

“L’année 2012 devrait se situer à un niveau de croissance plus modeste, mais toujours positif”, considère-t-elle.

Par segment d’activité, la volet “Edition de logiciels” devrait afficher une progression de 1,6% (alors que ses acteurs doivent revoir leur modèle dans une vision cloud), contre 1,1% pour la partie “Conseil en technologies (avec un essor des technologies embarquées) et 1% pour l’activité “Conseil & Services informatiques”(à la faveur des projets de rationalisation et de transformation des systèmes d’information).

Mais, globalement sur 2012, on se contentera donc encore cette année d’un niveau de croissance plus faible qu’en 2011 (3,6%).

Malgré une certaine “résistance” du secteur face à la conjoncture macro-économique, une enquête Syntec Numerique / IDC (réalisée entre février et mars 2012) fournit des explications sur le trou d’air observé : “baisse de la demande de nouveaux projets” (un “impact fort” cité par 39% des personnes interrogées), renégociation des contrats en cours par le client (34%), allongement des délais de paiement (24%), remise en cause du référencement (26%) et difficultés financières (12%).

En revanche, l’accès au financement ne constitue pas un frein dans le secteur (96% affirment que l’impact est faible).

La sensibilisation des PME aux nouvelles technologies ne sont pas oubliées avec le projet TIC&PME en collaboration avec le ministère des Finances et de l’Industrie.

Syntec Numerique prête aussi un “soutien actif” au Comité Richelieu (“association des PME innovantes”) et à l’association pacte PME, qui cherche notamment à favoriser l’accès de ce segment d’entreprises aux projets des donneurs d’ordres grands comptes.

(Lire la fin de l’article page 2) : Formation et recrutement dans le secteur IT


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur