H.264 : les vidéos en qualité DVD sur Internet ?

Cloud

L’ITU vient de valider les spécificités d’un nouveau format de compression intitulé le H.264. Ce nouveau codec offrirait des poids de fichiers de 33 % inférieurs à ceux des formats existants. D’autre part, son mode de gestion des pertes de données en réseau permettrait de réduire les besoins en bande passante. H.264 sera intégré au MPEG-4 en 2003.

La compression vidéo vient de franchir un nouveau pas. L’International Telecommunication Union (ITU, organisme notamment chargé de standardiser les technologies en matière de réseaux de télécommunication) vient de valider un nouveau codec audio-vidéo. Baptisé H.264/AVC (Advanced Video Coding), ou ISO/IEC 14496-10/MPEG-4 AVC, ce nouvel algorithme de compression/décompression intégrera le format vidéo MPEG-4 dans le courant de l’année 2003, probablement au deuxième trimestre. Selon ses concepteurs, un groupe d’experts américains et européens regroupés sous le nom Joint Video Team, il permettrait de réduire la taille des fichiers vidéo de 33 % de plus que ce qu’offrent les autres codecs.

Une telle optimisation permettrait de diffuser en ligne des vidéos en qualité DVD plein écran à partir de liaisons de moins de 1 Mbits/s. Si les internautes qui disposent d’une telle connexion sont encore peu nombreux, le H.264 marque des points dans la compression vidéo puisque ce format utilise au final moins de ressources que ses “concurrents”. Par ailleurs, le H.264 bénéficierait de capacités de récupération des données perdues propres au protocole IP. “Potentiellement”, lit-on dans le communiqué de l’ITU, “cela pourrait permettre de diviser par deux les besoins en bande passante.” Autrement dit, le H.264 pourrait offrir la diffusion en qualité DVD sur une liaison de type ADSL ou câble à 512 Kbits/s.

Le H.264 est gourmand en puissance machine

Cependant, le H.264 se révèle plus gourmand que les formats actuels. Il nécessiterait deux à trois fois plus de puissance machine que le MPEG-2. Est-ce vraiment un problème quand les processeurs atteignent aujourd’hui les 3 GHz et les ordinateurs grand public sont équipés de cartes graphiques surpuissantes ? Quoi qu’il en soit, l’ITU ne réserve pas l’usage de l’H.264 au seul réseau Internet mais le destine à un ensemble de supports et de services. Ce nouveau codec permettrait ainsi de stocker plus de données sur l’actuel média DVD (une des politiques de développement du DVD Forum, voir édition du 6 mars 2002). Il pourrait également être exploité dans les services de visioconférence par Internet, sur postes fixes ou mobiles comme les téléphones. Bref, il ne reste plus au H.264 qu’à être adopté par les industriels.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur