Press release

Institut national pour la recherche médicale britannique (NIHR) : vers une thérapie mieux ciblée pour les personnes atteintes d’asthme allergique sévère

0 0
Sponsorisé par Business Wire

LONDRES–(BUSINESS WIRE)–Près de cinq millions de personnes sont actuellement sous traitement contre l’asthme au Royaume-Uni. Parmi elles, 250 000 personnes sont incapables de contrôler leur maladie et souffrent de crises fréquentes, sévères, pouvant même être mortelles. Une nouvelle étude portant sur la possibilité de mieux cibler le traitement omalizumab fait renaître l’espoir chez ces patients.

LONDRES–(BUSINESS WIRE)–Près de cinq millions de personnes sont actuellement sous traitement
contre l’asthme au Royaume-Uni. Parmi elles, 250 000 personnes sont
incapables de contrôler leur maladie et souffrent de crises fréquentes,
sévères, pouvant même être mortelles. Une nouvelle étude portant sur la
possibilité de mieux cibler le traitement omalizumab fait renaître
l’espoir chez ces patients.

L’étude est menée par le partenariat de recherche translationnelle de
l’Institut national de recherche médicale britannique (NIHR) avec le
soutien de l’entreprise pharmaceutique multinationales Novartis. L’étude
portera sur la possibilité ou non de faire bénéficier du traitement par
anticorps omalizumab ceux qui en retireraient les effets les plus
positifs, à savoir les patients atteints d’asthme sévère. L’omalizumab
est un traitement approuvé pour les patients qui ne répondent pas au
traitement par corticoïdes et on espère qu’un meilleur ciblage
permettrait de sauver des vies ainsi que de faire faire des économies au
NHS, le système national de santé et d’assurance maladie britannique. Il
est important que chaque patient sache si ce médicament, administré par
injection, pourra fonctionner sur lui/elle.

Cette étude portant sur l’omalizumab permet aux chercheurs d’identifier
quels biomarqueurs sont modifiés par le traitement, ce qui devrait
permettre d’identifier rapidement les patients chez qui l’omalizumab
sera le plus efficace, ceux qui pourront bénéficier de la meilleure
atténuation des symptômes sévères. C’est le partenariat de recherche
translationnelle du NIHR, qui rassemble les plus éminents chercheurs
britanniques dans le domaine des maladies inflammatoires respiratoires,
qui a permis de mener cette recherche approfondie sur les biomarqueurs
avec ce groupe de patients atteints d’asthme sévère. L’étude a été mise
en œuvre par l’unité de recherche biomédicale respiratoire du NIHR de
Southampton et est dirigée par l’unité d’essais cliniques de
l’Université de Southampton subventionnée par le NIRH.

George Freeman, parlementaire et ministre des Sciences de la Vie a
déclaré : « L’asthme sévère a un impact énorme sur la vie des gens.
Ainsi, cibler les traitements de façon plus efficace ne permettra pas
seulement d’aider les patients mais également de mieux utiliser les
ressources du système de santé et d’assurance maladie.

Nous investissons plus d’un milliard de livres par an dans le NIHR qui
nous aide à mieux comprendre ces traitements. Le fait que Novartis se
soit associée aux chercheurs experts du NIHR pour s’assurer que le bon
traitement soit administré au bon patient au bon moment est une très
bonne nouvelle. »

Mark Samuels, du bureau du NIHR pour l’infrastructure de la recherche
clinique, qui dirige le partenariat de recherche translationnelle a
affirmé : « Avec près de cinq millions de personnes atteintes d’asthme
au Royaume-Uni, il s’agit de quelque chose qui peut tous nous toucher.
Nous collaborons avec le secteur des sciences de la vie pour combattre
les maladies incapacitantes qui touchent tant d’entre nous. Nos experts
collaborent étroitement avec des entreprises afin de développer plus
rapidement de nouveaux traitements contre toute une série de maladies
inflammatoires. Il s’agit là encore d’un exemple d’entreprises
pharmaceutiques internationales reconnaissant que la Grande-Bretagne
possède un talent et une expertise qui figurent parmi ce qui se fait de
mieux dans le domaine de la recherche. Tout le monde sait que le modèle
de développement de médicaments de l’industrie pharmaceutique est
révolu. Les entreprises doivent donc collaborer avec nous pour
s’attaquer aux maladies les plus répandues. »

Ratko Djukanovic, professeur de l’hôpital universitaire de Southampton
et de l’université de Southampton et responsable de l’étude a déclaré :
« Trouver de meilleures approches thérapeutiques pour les personnes
atteintes d’asthme sévère demeure un réel besoin médical auquel on n’a
pas encore apporté de réponse. L’omalizumab est un traitement efficace
largement utilisé pour ce groupe de patients et il est important de
pouvoir prévoir quels patients en retireront un maximum d’effets
bénéfiques. Cette nouvelle étude devrait nous aider à identifier les
biomarqueurs qui nous permettront de cibler le traitement de façon plus
efficace. L’étude est menée grâce à des technologies de laboratoire
sophistiquées et de pointe et se nourrit de l’esprit de collaboration
que nous avons fait naître au sein du partenariat. »

Cette étude rassemble certains des plus éminents chercheurs britanniques
spécialistes de l’asthme provenant de 14 centres de recherche et
recrutera 200 patients. L’étude exploitera les nouvelles données
d’U-BIOPRED, un important programme de recherche à l’échelle européenne
qui établit des méthodes d’analyses novatrices afin de classer les
patients dans des catégories distinctes de types d’asthme sévère et
d’accélérer le développement de meilleurs traitements pour ces patients.
Le partenariat de recherche translationnelle a été un des moteurs
essentiels dans l’application des biomarqueurs découverts dans U-BIOPRED
à cette nouvelle étude.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Voice Communications
Lucy Embleton
01206 332 110
07595
547 584
Lucy@voicecommunications.co.uk