Press release

Le GTF attire l’attention sur la nécessité de dépolitiser le débat sur le glyphosate

0 0
Sponsorisé par Business Wire

BRUXELLES–(BUSINESS WIRE)–Le Groupe de travail sur le glyphosate (GTF, Glyphosate Task Force) prend acte du débat qui a eu lieu aujourd’hui au Parlement européen, à l’occasion duquel le Parlement a soutenu le renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate mais a voté une résolution non contraignante demandant la réduction de la période

BRUXELLES–(BUSINESS WIRE)–Le Groupe de travail sur le glyphosate (GTF, Glyphosate Task Force)
prend acte du débat qui a eu lieu aujourd’hui au Parlement européen, à
l’occasion duquel le Parlement a soutenu le renouvellement de
l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate mais a voté une
résolution non contraignante demandant la réduction de la période
d’autorisation à seulement sept ans au lieu de la période habituelle de
15 ans appliquée pour les substances réhomologuées.

Le Groupe de travail sur le glyphosate considère qu’un dialogue
constructif autour des questions liées au glyphosate est accueilli
positivement lorsqu’il se déroule dans un contexte basé sur les faits et
sur l’acceptation des procédures et du processus exigés par la
législation. Le GTF estime que l’alarmisme récent et la promotion
d’informations erronées et d’affirmations infondées entravent la
capacité d’avoir un débat éclairé, ce qui a eu pour conséquence au sein
de certains groupes une perte de perspective, y compris sur les raisons
pour lesquelles les agriculteurs utilisent ces produits. Les mauvaises
herbes, à l’instar des insectes et des champignons, sont des organismes
nuisibles que les agriculteurs doivent contrôler. Le glyphosate est un
outil essentiel pour le contrôle des mauvaise herbes et la protection
des récoltes. « La conséquence involontaire de la politisation du débat
sur le glyphosate est une perte de perspective », a déclaré Richard
Garnett, président du GTF.

La Commission soutient la conclusion de l’EFSA (Autorité européenne de
sécurité des aliments) selon laquelle le glyphosate ne constitue aucun
risque déraisonnable pour les humains, les animaux ou l’environnement,
et « n’est pas susceptible de présenter un risque cancérogène pour
l’homme ». En outre, toutes les institutions européennes qui ont joué un
rôle actif dans l’évaluation du glyphosate considèrent que les
divergences entre le CIRC (Centre International de Recherche sur le
Cancer, en anglais : IARC) et l’EFSA peuvent être expliquées, comme cela
s’est produit dans tous les cas précédents de divergences entre les deux
institutions. La classification du CIRC non seulement diffère des
conclusions de l’EFSA, mais également des conclusions concordantes des
organismes de réglementation du monde entier qui ont examiné la totalité
des données pertinentes recueillies sur le glyphosate au cours des 40
dernières années.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Hume Brophy
Claire MacCarrick, +32 22 34 6860
Claire.maccarrick@humebrophy.com
41
Rue de la Science – 1040 Bruxelles