Press release

Les données présentées à l’ASCO 2016 s’appuient sur le fondement d’ABRAXANE® en combinaison avec la gemcitabine comme un traitement de première intention chez les patients atteints d’un cancer du pancréas métastatique

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Plusieurs présentations évaluent la séquence de traitement par ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine en première intention et comme fondement de combinaisons expérimentales SUMMIT, New Jersey–(BUSINESS WIRE)–Celgene Corporation (NASDAQ : CELG) a annoncé aujourd’hui que les résultats de plusieurs études indépendantes et parrainées présentées lors du 52e congrès annuel de l’ASCO évaluaient l’utilisation d’ABRAXANE® (particules

Plusieurs présentations évaluent la séquence de traitement par
ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine en première intention et
comme fondement de combinaisons expérimentales

SUMMIT, New Jersey–(BUSINESS WIRE)–Celgene Corporation (NASDAQ : CELG) a annoncé aujourd’hui que les
résultats de plusieurs études indépendantes et parrainées présentées
lors du 52e congrès annuel de l’ASCO évaluaient l’utilisation
d’ABRAXANE® (particules liées aux protéines de paclitaxel pour
suspension injectable) (liée à l’albumine) en combinaison avec la
gemcitabine dans le traitement de première intention des patients
souffrant d’un cancer du pancréas métastatique.

« Cette édition annuelle du congrès de l’ASCO continue d’évaluer la
thérapie séquentielle par ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine en
première intention et comme un produit à combiner avec des agents
expérimentaux pour le traitement du cancer du pancréas métastatique », a
déclaré Michael Pehl, président, Hématologie et oncologie, Celgene. «
ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine joue un rôle essentiel dans
la recherche visant à faire progresser les soins dispensés aux patients
souffrant de cette maladie réputée complexe. »

Évaluation d’un schéma thérapeutique pour le
cancer du pancréas métastatique

Pour les patients souffrant d’un cancer du pancréas métastatique,
l’établissement d’un schéma thérapeutique doit prendre en compte
d’importantes considérations telles que la séquence, les
caractéristiques du patient, l’efficacité relative et le coût. Les
analyses des résultats de santé évaluant la séquence de traitement avec
ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine en première intention ont
été présentées au congrès ASCO 2016.

Une analyse italienne rétrospective, multicentrique et pragmatique, a
surligné les résultats de 122 patients ayant reçu en première intention
un traitement à base d’ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine,
suivi d’un traitement de deuxième intention. (Résumé no 4124 —
Giordano). Les options de traitement de deuxième intention étaient :
FOLFOX/XELOX (45 %), FOLFIRI (22 %), FOLFIRINOX (18 %), et d’autres
monothérapies (15 %). La survie globale médiane pour les patients
recevant un traitement de deuxième intention après l’administration
d’ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine était de 13,5 mois (IC à
95 %, 12,659-14,341), par rapport à 6,8 mois pour les patients (99
patients) recevant le meilleur traitement de soutien (IC à 95 %,
5,567-8,033), p<0,0001. Il convient également de noter dans la recherche
présentée à l’ASCO comprenait deux études évaluant ABRAXANE en
combinaison avec la gemcitabine chez les patients qui présentaient un
taux de bilirubine élevé, un effet courant du cancer du pancréas
métastatique. Ces études fournissent un aperçu de cette population de
patients, qui étaient exclus de l’étude de phase III portant sur
ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine.

Dans une analyse d’observation intérimaire (résumé No. e15739 – zur
Hausen), 20 patients (sur 219) avec un taux de bilirubine moyen de 4,4
mg/dl (1,5-12,9) au début de l’étude ont été suivis jusqu’à 4 cycles
d’ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine et des méthodes de
l’hyperbilirubinémie ont été évaluées. Le taux de bilirubine moyen de
ces patients avait baissé à 1,8 mg/dl (0,35-14,1 ; p=0,031) au 2e
cycle. Ils étaient 14 patients (70 %) à commencer le traitement avec une
dose standard et 6 (30 %) avec une dose réduite. Des toxicités de grade
3 ou 4 ont été observées chez 70 % des patients, les plus communes étant
la leucopénie, l’anémie et la fièvre (chacune 20 %).

Une analyse supplémentaire de 29 patients (résumé No. e15717 – Pelzer) a
examiné l’innocuité et la survie avec ABRAXANE/gemcitabine chez les
patients avec des taux élevés de bilirubine totale (≥1,2 à >5 x LSN).

L’administration d’ABRAXANE chez les patients avec une insuffisance
hépatique doit être faite avec prudence. Les patients avec une
insuffisance hépatique peuvent présenter un risque accru de toxicité,
notamment de la myélosuppression ; ces patients doivent faire l’objet
d’une surveillance étroite des signes du développement d’une
myélosuppression profonde. Selon les informations posologiques, ABRAXANE
n’est pas recommandé chez les patients qui ont un taux de bilirubine
totale > 5 x LSN ou un taux ASAT > 10 x LSN.

Plusieurs études ont examiné l’efficacité relative en situation réelle
et des évaluations économiques des traitements de première intention du
cancer du pancréas métastatique.

Une étude canadienne indépendante, portant sur l’analyse comparative et
rétrospective d’ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine, FOLFIRINOX,
et la gemcitabine en monothérapie (résumé No. 6561 – Wang) dans cinq
centres de cancérologie en Colombie britannique, a établi que la survie
globale médiane de ces traitements était de 8,5 mois pour ABRAXANE en
combinaison avec la gemcitabine (n=59), de 7,8 mois pour FOLFIRINOX
(n=59) et de 3,1 mois pour la gemcitabine en monothérapie. L’analyse a
noté que les patients recevant FOLFIRINOX étaient sensiblement plus
jeunes (p<0,001), avaient un meilleur statut de performance (p<0,001) et
avaient un fardeau de la maladie moindre à la présentation (p=0,049),
comparativement à ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine. Le
traitement a été interrompu en raison de la toxicité chez 36 % des
patients recevant FOLFIRINOX, chez 17 % des patients recevant ABRAXANE
en combinaison avec la gemcitabine et chez 23 % des patients recevant la
gemcitabine en monothérapie.

Un examen rétrospectif des données hospitalières anonymisées (résumé No.
e15741 – Kim) a évalué le temps médian jusqu’à l’interruption du
traitement et le coût d’ABRAXANE® en combinaison avec la gemcitabine et
de FOLFIRINOX en traitement de première intention. Dans cette analyse,
les patients traités avec FOLFIRINOX avaient une médiane des coûts
totaux de traitement mensuel plus élevés, par rapport à ABRAXANE en
combinaison avec la gemcitabine (12 192 $ contre 18 743 $ ; p<0,05).

ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine comme
une base pour les combinaisons expérimentales dans le traitement du
cancer du pancréas métastatique

Plusieurs études présentées à l’ASCO ont également évalué ABRAXANE en
combinaison avec d’éventuels nouveaux agents thérapeutiques pour le
traitement de première intention du cancer du pancréas métastatique. Les
agents évalués en combinaison avec ABRAXANE en association avec la
gemcitabine comme traitement de première intention comprennent le
PEGPH20 (résumé No. 4104 – Bullock), necuparanib (résumé No. 4117 –
O’Reilly), indoximod (résumé No. 3020 – Bahary) et napabucasin (résumé
No. 4128 – El-Rayes).

À propos d’ABRAXANE®

ABRAXANE est indiqué pour le traitement de première intention de
patients atteints d’un adénocarcinome métastatique du pancréas, en
combinaison avec la gemcitabine.

Informations importantes de sécurité

MISE EN GARDE – NEUTROPÉNIE

  • Éviter d’administrer un traitement par ABRAXANE à des patients dont
    la numération de neutrophiles initiale est inférieure à 1500
    cellules/mm
    3. Afin de surveiller l’apparition
    de la myélosuppression, principalement la neutropénie, qui peut être
    très grave et entraîner une infection, il est recommandé de réaliser
    un hémogramme périphérique sur tous les patients recevant ABRAXANE
  • Remarque : le paclitaxel sous forme d’albumine peut
    considérablement affecter les propriétés fonctionnelles d’un
    médicament, comparativement à celles d’un médicament en solution. NE
    PAS SUBSTITUER POUR OU AVEC D’AUTRES FORMULATIONS DE PACLITAXEL

CONTRE-INDICATIONS

Numération de neutrophiles

  • ABRAXANE ne doit pas être utilisé chez les patients ayant une
    numération de neutrophiles initiale inférieure à 1500 cellules/mm3

Hypersensibilité

  • Les patients qui présentent une réaction d’hypersensibilité sévère à
    ABRAXANE ne doivent pas reprendre le médicament

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Effets hématologiques

  • La dépression médullaire osseuse (principalement la neutropénie) est
    liée à la dose et constitue une toxicité limitant la dose d’ABRAXANE.
    Dans une étude clinique, une neutropénie de grade 3 ou 4 est survenue
    chez 38 % des patients atteints du cancer du pancréas
  • Pour contrôler l’apparition de la myélotoxicité, il est recommandé
    d’effectuer fréquemment des numérations globulaires périphériques, y
    compris avant l’administration les jours 1, 8, et 15 pour le cancer du
    pancréas
  • Ne pas administrer de traitement par ABRAXANE aux patients ayant au
    départ un nombre absolu de neutrophiles inférieur à 1500 cellules/mm3
  • Chez les patients atteints d’un adénocarcinome du pancréas,
    interrompre le traitement par ABRAXANE et gemcitabine si le nombre
    absolu de neutrophiles est inférieur à 500 cellules/mm3 ou
    si le taux de plaquettes est inférieur à 50 000 cellules/mm3
    et retarder le début du cycle suivant si le nombre absolu de
    neutrophiles est inférieur à 1 500 cellules/mm3 ou le taux
    de plaquettes est inférieur à 100 000 cellules/mm3 au jour
    1 du cycle. Reprendre le traitement avec une réduction appropriée du
    dosage si recommandé

Système nerveux

  • La neuropathie sensorielle est corrélée à la dose et à la fréquence
    d’administration
  • L’apparition de la neuropathie sensorielle de grade 1 ou 2 ne
    nécessite pas, en général, une modification de la dose
  • Si une neuropathie sensorielle de grade 3 ou plus se développe,
    suspendre le traitement par ABRAXANE jusqu’à ce qu’à résolution au
    grade 1 ou inférieur, puis réduire la dose pour tous les cours
    suivants d’ABRAXANE

Septicémie

  • La septicémie a été observée chez 5 % des patients avec ou sans
    neutropénie ayant reçu ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine
  • L’obstruction biliaire ou la présence de prothèse biliaire étaient des
    facteurs de risque de septicémie grave ou fatale
  • Si un patient devient fébrile (indépendamment du nombre absolu de
    neutrophiles), initier le traitement avec des antibiotiques à large
    spectre
  • En cas de neutropénie fébrile, interrompre le traitement par ABRAXANE
    en combinaison avec la gemcitabine jusqu’à résolution de la fièvre et
    que le nombre absolu de neutrophiles soit égal à 1 500 cellules/mm3
    ou plus, puis reprendre le traitement à une dose réduite

Pneumopathie

  • La pneumopathie, y compris certains cas qui ont été mortels, a été
    observée chez 4 % des patients recevant ABRAXANE en combinaison avec
    la gemcitabine
  • Surveiller les signes et les symptômes de pneumopathie chez les
    patients et interrompre le traitement ABRAXANE et gemcitabine pendant
    l’évaluation de la pneumopathie soupçonnée
  • Arrêter définitivement le traitement par ABRAXANE et gemcitabine après
    un diagnostic établi de pneumopathie

Hypersensibilité

  • Des réactions d’hypersensibilité graves et parfois mortelles, y
    compris des réactions anaphylactiques ont été signalées
  • Les patients qui présentent une réaction d’hypersensibilité grave à
    ABRAXANE ne doivent pas reprendre ce médicament

Insuffisance hépatique

  • Compte tenu du fait que l’exposition au paclitaxel et sa toxicité
    peuvent se développer davantage avec une insuffisance hépatique,
    l’administration d’ABRAXANE chez les patients avec une insuffisance
    hépatique doit être effectuée avec prudence
  • Les patients avec une insuffisance hépatique peuvent présenter un
    risque accru de toxicité, notamment de la myélosuppression ; ces
    patients doivent faire l’objet d’une surveillance des signes de
    développement d’une myélosuppression profonde.
  • En cas d’adénocarcinome pancréatique, ABRAXANE n’est pas recommandé
    chez les patients avec une insuffisance hépatique modérée à grave
    (taux de bilirubine totale > 1,5 x LSN et AST ≤ 10 x LSN)

L’albumine (humaine)

  • ABRAXANE contient de l’albumine (humaine), un dérivé du sang humain

Utilisation pendant la grossesse : catégorie de grossesse D

  • ABRAXANE peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré à la femme
    enceinte
  • Si ce médicament est utilisé pendant la grossesse ou si la patiente
    contracte une grossesse au cours du traitement, elle doit être
    informée des risques potentiels pour le fœtus
  • Les femmes en âge de procréer doivent en être informées afin d’éviter
    la grossesse pendant la période de traitement par ABRAXANE

Utilisation chez les hommes

  • Il faut conseiller aux patients de sexe masculin de ne pas concevoir
    d’enfant pendant le traitement par ABRAXANE

EFFETS INDÉSIRABLES

  • Parmi les effets indésirables les plus courants (≥20 %) dans l’étude
    de phase III, ceux avec un taux d’incidence plus élevé de 5 % ou plus
    dans le groupe de patients recevant ABRAXANE en combinaison avec la
    gemcitabine par rapport au groupe de patients recevant la gemcitabine
    sont la neutropénie (73 % ; 58 %), la fatigue (59 % ; 46 %), la
    neuropathie périphérique (54 % ; 13 %), les nausées (54 % ; 48 %),
    l’alopécie (50 % ; 5 %), l’œdème périphérique (46 % ; 30 %), la
    diarrhée (44 % ; 24 %), la pyrexie (41 % ; 28 %), les vomissements (36
    % ; 28 %), la perte d’appétit (36 % ; 26 %), les éruptions cutanées
    (30 % ; 11 %), la déshydratation (21 % ; 11 %)
  • Parmi ces effets indésirables les plus courants, ceux ayant une
    incidence plus élevée (≥20 %) de la toxicité de grade 3 ou 4 dans le
    groupe de patients recevant ABRAXANE en combinaison avec la
    gemcitabine par rapport au groupe de patients recevant la gemcitabine
    sont la neutropénie (38 % ; 27 %), la fatigue (18 % ; 9 %), la
    neuropathie périphérique (17 % ; 1 %), les nausées (6 % ; 3 %), la
    diarrhée (6 % ; 1 %), la pyrexie (3 % ; 1 %), les vomissements (6 % ;
    4 %), la perte d’appétit (5 % ; 2 %), et la déshydratation (7 % ; 2 %)
  • Des cas de thrombocytopénie (de tous les grades) ont été observés chez
    74 % des patients dans le groupe de patients recevant ABRAXANE en
    combinaison avec la gemcitabine, contre 70 % dans le groupe de
    patients recevant la gemcitabine
  • Les effets indésirables graves les plus fréquents dans le groupe sous
    ABRAXANE (avec une incidence supérieure de 1 % ou plus) sont la
    pyrexie (6 %), la déshydratation (5 %), la pneumonie (4 %) et les
    vomissements (4 %)
  • Les effets indésirables les plus fréquents ayant entraîné l’arrêt
    permanent du traitement par ABRAXANE étaient la neutropénie
    périphérique (8 %), la fatigue (4 %) et la thrombocytopénie (2 %)
  • Les effets indésirables les plus fréquents ayant entraîné une
    réduction de la dose de ABRAXANE étaient la neutropénie (10 %) et la
    neuropathie périphérique (6 %)
  • Les effets indésirables les plus fréquents ayant entraîné la
    suspension ou le retard de dosage d’ABRAXANE étaient la neutropénie
    (16 %), la thrombocytopénie (12 %), la fatigue (8 %), la neutropénie
    périphérique (15 %), l’anémie (5 %) et la diarrhée (5 %)
  • Quelques autres effets indésirables avec une incidence de ≥5 % plus
    élevée de toxicité de tous grades dans le groupe de patients recevant
    ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine, par rapport au groupe de
    patients recevant la gemcitabine, sont, respectivement, l’asthénie (19
    % ; 13 %), la mucosite (10 % ; 4 %), la dysgueusie (16 % ; 8 %), les
    céphalées (14 % ; 9 %), l’hypokaliémie (12 % ; 7 %), la toux (17 % ; 7
    %), l’épistaxis (15 % ; 3 %), l’infection du tractus urinaire (11 % ;
    5 %), des douleurs aux extrémités (11 % ; 6 %), l’arthralgie (11 % ; 3
    %), la myalgie (10 % ; 4 %), et la dépression (12 % ; 6 %)
  • Quelques autres effets indésirables avec une incidence de ≥2 % plus
    élevée de toxicité de grade 3 ou 4 dans le groupe de patients recevant
    ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine, par rapport au groupe de
    patients recevant la gemcitabine, sont la thrombocytopénie (13 % ; 9
    %), l’asthénie (7 % ; 4 %), et l’hypokaliémie (4 % ; 1 %)

Expérience postcommercialisation avec ABRAXANE et d’autres
formulations au paclitaxel

  • Des réactions d’hypersensibilité graves et parfois fatales ont été
    signalées en rapport avec ABRAXANE. L’utilisation d’ABRAXANE chez les
    patients ayant précédemment développé une hypersensibilité à
    l’injection de paclitaxel ou à l’albumine humaine n’a pas été étudiée
  • Des cas d’insuffisance cardiaque congestive, de dysfonction
    ventriculaire gauche et de bloc auriculoventriculaire ont été observés
    en rapport avec ABRAXANE, principalement chez les personnes ayant eu
    dans le passé une maladie cardiaque sous-jacente ou ayant été exposées
    aux drogues cardiotoxiques auparavant
  • Des cas d’extravasation d’ABRAXANE ont été signalés. Compte tenu de la
    possibilité d’une extravasation, il est recommandé de surveiller
    étroitement le point d’injection de l’ABRAXANE pendant
    l’administration du médicament afin de prévenir une éventuelle
    infiltration

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

  • Il convient de faire preuve de prudence lors de l’administration
    d’ABRAXANE simultanément avec d’autres médicaments connus pour activer
    ou inhiber le CYP2C8 ou le CYP3A4

UTILISATION SUR DES POPULATIONS PARTICULIÈRES

Mères allaitantes

  • On ignore si le paclitaxel est excrété dans le lait maternel humain.
    Étant donné que de nombreux médicaments sont excrétés dans le lait
    maternel humain et en raison du potentiel d’effets indésirables, il
    faut décider s’il faut interrompre l’allaitement ou le traitement, en
    prenant en compte l’importance du médicament pour la mère.

Usage chez l’enfant

  • L’innocuité et l’efficacité d’ABRAXANE chez les patients pédiatriques
    n’ont pas été évaluées

Usage gériatrique

  • La diarrhée, la perte d’appétit, la déshydratation et l’épistaxis
    étaient plus fréquentes chez les patients de 65 ans ou plus,
    comparativement aux patients âgés de moins de 65 ans qui ont reçu
    ABRAXANE en combinaison avec la gemcitabine pour le traitement d’un
    adénocarcinome du pancréas

Patients atteints d’insuffisance rénale

  • Les données sont insuffisantes pour permettre des recommandations
    posologiques chez les patients avec une insuffisance rénale grave ou
    une maladie rénale en phase terminale (clairance estimée de la
    créatinine inférieure à 30 ml/min)

DOSAGE ET ADMINISTRATION

  • Ne pas administrer ABRAXANE aux patients avec un adénocarcinome
    métastatique du pancréas qui ont une insuffisance hépatique modérée à
    grave
  • Ne pas administrer ABRAXANE à tout patient avec un taux de bilirubine
    totale supérieur à 5 x LSN ou un taux ASAT supérieur à 10 x LSN
  • Des réductions de dose ou l’interruption du traitement peuvent
    s’avérer nécessaires en fonction de la gravité des toxicités
    hématologiques, neurologiques, cutanées ou gastro-intestinales
  • Surveiller étroitement les patients

Consulter les Informations posologiques, y compris les encadrés de
MISES EN GARDE.

À propos de Celgene

Celgene Corporation, basée à Summit dans l’État du New Jersey, est une
société biopharmaceutique internationale intégrée spécialisée dans la
découverte, le développement et la commercialisation de traitements
novateurs de lutte contre le cancer et les maladies inflammatoires grâce
à des solutions de nouvelle génération dans l’homéostasie protéinique,
l’immuno-oncologie, l’épigénétique, l’immunologie et la
neuro-inflammation. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site www.celgene.com.
Suivez Celgene sur les médias sociaux : @CelgenePinterestLinkedInFaceBook
et YouTube.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse renferme des énoncés prospectifs qui
ne constituent pas des faits historiques. Ces énoncés prospectifs
peuvent être identifiés par les mots « table sur », « anticipe », «
pense », « prévoit », « estime », « envisage », « a l’intention de », «
s’attend à » et d’autres expressions similaires. Ces énoncés prospectifs
sont fondés sur les prévisions, les estimations, les projections et les
hypothèses actuelles de la direction, et ne sont valables qu’à la date
du présent communiqué. Nous n’assumons aucune obligation d’actualiser
ces énoncés prospectifs, que ce soit en raison de nouvelles informations
ou d’événements futurs, sauf si la loi l’exige. Ces énoncés prospectifs
impliquent des incertitudes et des risques inhérents dont la plupart
sont difficiles à prévoir et échappent généralement à notre contrôle.
Les résultats réels peuvent être sensiblement différents de ceux
sous-entendus dans ces énoncés prospectifs en raison de l’impact d’un
certain nombre de facteurs importants, notamment ceux évoqués plus en
détail dans notre rapport annuel sur formulaire 10-K et dans les autres
rapports déposés auprès de la Commission américaine de contrôle des
opérations boursières.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Pour Celgene :
Relations avec les
investisseurs :
908-673-9628
investors@celgene.com
ou
Relation
avec les médias :
908-673-2275
media@celgene.com