Press release

Lettre d’Elliott aux autres actionnaires de Bank of East Asia, Limited (code boursier HKEx : 23)

0 0
Sponsorisé par Business Wire

HONG KONG–(BUSINESS WIRE)–Elliott1 a annoncé aujourd’hui la diffusion de la lettre ci-jointe aux autres actionnaires de Bank of East Asia, Limited (« BEA »). Elliott, qui détient une participation de plus de 7 % dans BEA, estime que le conseil d’administration de BEA devrait enfin envisager de proposer une valeur raisonnable aux actionnaires de BEA

HONG KONG–(BUSINESS WIRE)–Elliott1 a annoncé aujourd’hui
la diffusion de la lettre ci-jointe aux autres actionnaires de Bank of
East Asia, Limited (« BEA »). Elliott, qui détient une
participation de plus de 7 % dans BEA, estime que le conseil
d’administration de BEA devrait enfin envisager de proposer une valeur
raisonnable aux actionnaires de BEA en procédant à une adjudication afin
d’explorer la possibilité d’une vente de BEA avec une prime convenable.

Perspectives d’Elliott concernant BEA – Points principaux évoqués
dans la lettre

  • Les actionnaires souffrent depuis longtemps du comportement retranché
    de la direction générale de BEA, qui a mal géré l’entreprise,
    résultant dans une mauvaise performance financière et opérationnelle
    sous-jacente et dans des rendements médiocres pour les actionnaires
    minoritaires indépendants
  • L’utilisation régulière du mandat général pour placer les nouvelles
    actions sur une base sélective à CaixaBank et SMBC à des fins «
    stratégiques » a contribué au retranchement de la direction actuelle
    et conduit à la sous-performance chronique de BEA
  • Il existe une possibilité de vendre BEA avec une prime convenable –
    les ventes historiques de banques à Hong Kong ont été valorisées en
    moyenne à 2 fois la valeur comptable, équivalent dans le cas de BEA à
    environ 60 HKD par action, soit environ 185 % de plus que le cours
    actuel de l’action BEA
  • Malgré les mauvaises performances et la médiocre gouvernance
    d’entreprise, l’envergure et le profil de la plateforme bancaire de
    BEA sont attractives pour tout acheteur potentiel souhaitant étendre
    ses opérations bancaires en Grande Chine
  • L’annonce de BEA du 19 janvier 2016, stipulant que l’accord de blocage
    de longue date avec CaixaBank a été ajourné, libère CaixaBank qui peut
    ainsi soumissionner sa participation de 17 % dans n’importe quelle
    offre publique d’achat de BEA.

– CaixaBank a accepté sous condition de vendre sa participation à sa
société mère, Criteria, au prix de seulement 24,25 HKD par action BEA.
En comparaison, Elliott estime qu’une vente de la participation de
CaixaBank dans BEA au prix de 60 HKD par action en numéraire au lieu de
la vente d’actions prévue annoncée pourrait augmenter le ratio CET1 de
CaixaBank de jusqu’à 200 points de base.

– CaixaBank et Criteria sont dorénavant libres de s’accorder sur une
vente alternative de la participation dans BEA à un prix nettement
supérieur dans le cadre d’une offre publique d’achat, créant une issue
gagnant-gagnant non seulement pour les actionnaires de BEA mais aussi
pour les actionnaires de CaixaBank.

Un porte-parole d’Elliott a déclaré : « Nous conseillons vivement
à tous les actionnaires, petits et grands, de demander également au
conseil d’administration de BEA d’agir maintenant, afin de fournir à
tous les actionnaires une occasion de réaliser une plus-value
significative sur leur investissement dans BEA, via une vente de BEA
.
»

Afin de permettre aux actionnaires de BEA de mieux comprendre les
conséquences, Elliott lancera prochainement un site Web dédié, www.fairdealforbea.com,
sur lequel elle publiera des informations, dont des communiqués de
presse et des présentations.

MESSAGE D’ELLIOTT AUX AUTRES ACTIONNAIRES DE BANK OF EAST ASIA,
LIMITED (code boursier HKEx : 23) (« BEA ») – PERSPECTIVES D’ELLIOTT
CONCERNANT BEA

Chers actionnaires

Introduction

Nous détenons plus de 7 % des actions ordinaires émises de BEA et sommes
un actionnaire depuis plusieurs années.

Nous estimons que les actionnaires de BEA ont souffert pendant de
nombreuses années d’une équipe de direction générale retranchée ayant
mal géré l’entreprise, résultant dans sa mauvaise performance financière
et opérationnelle sous-jacente et ses rendements médiocres pour les
actionnaires minoritaires indépendants. Nous considérons que BEA a
aujourd’hui atteint un stade où il convient de mettre un terme aux
dommages cumulés portés aux intérêts des actionnaires.

L’actuel conseil d’administration de BEA devrait enfin envisager de
proposer une valeur raisonnable aux actionnaires de BEA et, selon notre
appréciation, le seul moyen responsable dont dispose le conseil
d’administration pour y parvenir consiste à procéder à une adjudication
afin d’explorer la possibilité d’une vente de BEA avec une prime
convenable.

Sous-performance et mauvaise gestion de BEA

Les actionnaires de BEA subissent depuis longtemps des rendements
médiocres :

  • BEA : Rendement annualisé total (« RAT ») de seulement 2,7 %
    depuis 19972
  • Principales banques cotées à Hong Kong : RAT de 8,6 % depuis 19973
  • Banques familiales cotées à Hong Kong : RAT de 12,8 % depuis 19974

Sur la base du RAT au cours des 1, 3 et 5 dernières années, BEA a
sous-performé, par rapport à l’indice de son groupe de comparaison
composé de banques familiales cotées à Hong Kong, de respectivement 28,1
%, 28,8 % et 13,1 %.

À notre avis, cette sous-performance chronique est attribuable à la
mauvaise gestion de BEA sur le long terme, combinée au retranchement de
l’actuelle équipe de direction générale ; tout cela s’est fait au
détriment des actionnaires minoritaires indépendants de BEA et a empêché
la vente de BEA avec une prime convenable à sa valeur de marché, pour le
bénéfice de tous les actionnaires.

L’utilisation régulière par le conseil d’administration de BEA du
mandat général pour placer les nouvelles actions sur une base sélective
à CaixaBank, S.A. (« CaixaBank »)

5
et à Sumitomo Mitsui Banking Corporation
(et les accords connexes entre BEA et ces actionnaires) à partir de 2007
à des fins « stratégiques » a, selon nous, contribué au retranchement de
la direction actuelle de BEA et conduit à la sous-performance chronique
de la société.

Possibilité d’une vente de BEA avec une prime convenable

BEA n’a pas réussi à démontrer qu’elle pouvait rester compétitive et
générer de bons rendements pour les actionnaires en tant que banque
indépendante, dans un marché où les banques obtenant les meilleures
performances sont soutenues par d’importantes institutions financières
étrangères ou de RPC. Un contraste saisissant par rapport à BEA, la
plupart des autres banques familiales cotées à Hong Kong ont été en
mesure d’offrir des rendements attrayants à leurs actionnaires au cours
des dernières années, notamment en permettant à ces actionnaires de
vendre leurs actions avec une prime significative dans le cadre d’une
offre publique d’achat. Ces opérations d’acquisition ont été valorisées
en moyenne à 2 fois la valeur comptable, ce qui pour BEA correspondrait
à un prix d’environ 60 HKD par action6,
soit environ 185 % de plus que le cours actuel de l’action.

Indépendamment des mauvaises performances et de la médiocre gouvernance
d’entreprise, l’envergure et le profil de la plateforme bancaire de BEA
sont attractives pour tout acheteur potentiel souhaitant étendre ses
opérations bancaires dans la région de la Grande Chine. Par ailleurs,
BEA a enfin annoncé le 19 janvier 2016 que l’accord de blocage de longue
date, qui empêchait CaixaBank (l’un des plus importants actionnaires de
BEA) d’accepter une quelconque offre de rachat de BEA non recommandée
sans l’accord du conseil d’administration de BEA, a été ajourné.

La direction de BEA ne peut plus compter sur les accords de
blocage contractuels pour empêcher la réalisation d’une offre publique
d’achat de BEA à un prix convenable.

Il est clair que CaixaBank souhaite vendre sa participation de 17 % dans
BEA, car elle a à ce jour accepté sous condition de la vendre à sa
société mère, Criteria, au prix de seulement 24,25 HKD7
par action BEA. Par conséquent, CaixaBank et Criteria pourraient
maintenant avoir l’occasion de s’accorder pour écarter cette transaction
entre parties liées et au lieu de cela vendre la participation dans BEA
à un prix nettement plus avantageux, dans le cadre d’une offre publique
d’achat de BEA effectuée par un tiers, renforçant ainsi la base de
capital de CaixaBank.8 À notre
avis, cela aboutirait à une issue gagnant-gagnant aussi bien pour les
actionnaires de CaixaBank que pour ceux de BEA.

Conclusions

Nous sommes d’avis que le conseil d’administration de BEA devrait enfin
envisager de proposer une valeur raisonnable aux actionnaires de BEA, en
procédant à une adjudication afin d’explorer la possibilité d’une vente
de BEA avec une prime convenable. C’est ce que nous avons demandé au
conseil d’administration de BEA, qui à ce jour n’a toujours pas répondu.

Nous conseillons vivement à tous les actionnaires, petits et
grands, de demander également au conseil d’administration de BEA d’agir
maintenant, afin de fournir à tous les actionnaires une occasion de
réaliser une plus-value significative sur leur investissement dans BEA,
via une vente de BEA.

À propos d’Elliott

Fondée en 1977, Elliott gère deux fonds, Elliott Associates, L.P. et
Elliott International, L.P., et totalise des actifs sous gestion d’un
montant supérieur à 26 milliards USD. Les stratégies d’investissement
d’Elliott comportent des placements en actions gérés activement, et dans
cette optique Elliott a pour objectifs la promotion de la valeur
actionnariale et la bonne gouvernance d’entreprise, pour le bénéfice de
tous les actionnaires.

Afin de permettre aux actionnaires de BEA de mieux comprendre les
conséquences, Elliott lancera prochainement un site Web dédié, www.fairdealforbea.com,
sur lequel elle publiera des informations, dont des communiqués de
presse et des présentations.

1 Fondée en 1977, Elliott gère deux fonds, Elliott
Associates, L.P. et Elliott International, L.P., et totalise des actifs
sous gestion d’un montant supérieur à 26 milliards USD. Les stratégies
d’investissement d’Elliott comportent des placements en actions gérés
activement, et dans cette optique Elliott a pour objectifs la promotion
de la valeur actionnariale et la bonne gouvernance d’entreprise, pour le
bénéfice de tous les actionnaires.

2 RAT pour la période du 9 avril 1997 au 3 février 2016
(Source : Bloomberg).

3 Indice RAT pondéré en fonction de la capitalisation
boursière pour Hang Seng Bank et Bank of China (HK) pour la période du 9
avril 1997 au 3 février 2016 (Source : Bloomberg).

4 Indice RAT pondéré en fonction de la capitalisation
boursière pour Dao Heng Bank, Wing Lung Bank, Chong Hing Bank, Wing Hang
Bank et Dah Sing Bank pour la période entre le 9 avril 1997 et la
première de ces dates : un jour après les dates respectives d’annonce de
rachat et le 3 février 2016 (Source : Bloomberg).

5 Elliott est également actionnaire de CaixaBank.

6 Sur la base des opérations de rachat de banque à Hong Kong
au cours des trois dernières années : Chong Hing Bank, Wing Hang Bank et
Nanyang Commercial Bank, qui ont affiché un rendement des capitaux
propres moyen de 8,6 % au cours des 12 derniers mois avant d’être
vendues et ont été reprises avec un ratio cours/valeur comptable moyen
de 2.

7 Sur la base de l’annonce de CaixaBank en date du 3 décembre
2015, après ajustement pour tenir compte des mouvements récents du cours
de l’action.

8 Nous estimons qu’une vente de la participation dans BEA au
prix de 60 HKD par action en numéraire au lieu de la vente d’actions
prévue annoncée pourrait augmenter le ratio CET1 de CaixaBank de jusqu’à
200 points de base.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Newgate Communications
Richard Barton, +852-9301-2056
richard.barton@newgate.asia
ou
Grace
Zhang, +852-6756-1127
grace.zhang@newgate.asia