Press release

Schlumberger annonce les résultats du premier trimestre 2016

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Le chiffre d’affaires de 6,5 milliards USD, a reculé de 16 % en séquentiel Le BPA de 0,40 USD, hors charges et crédits, a reculé de 38 % en séquentiel 7,1 millions d’actions ont été rachetées au cours du trimestre pour un montant de 475 millions USD Le dividende trimestriel en espèces de 0,50 USD par action a été approuvé La fusion avec Cameron a été clôturée le 1er avril 2016

  • Le chiffre d’affaires de 6,5 milliards USD, a reculé de 16 % en
    séquentiel
  • Le BPA de 0,40 USD, hors charges et crédits, a reculé de 38 % en
    séquentiel
  • 7,1 millions d’actions ont été rachetées au cours du trimestre pour un
    montant de 475 millions USD
  • Le dividende trimestriel en espèces de 0,50 USD par action a été
    approuvé
  • La fusion avec Cameron a été clôturée le 1er avril 2016

HOUSTON–(BUSINESS WIRE)–Schlumberger Limited (NYSE : SLB) a publié le 21 Avril 2016 les
résultats du premier trimestre 2016.

   
(en millions USD, sauf montants par action)
Trois mois clos le     Variation
31 mars 2016     31 déc. 2015     31 mars 2015 Séquentiel     En glissement annuel
Chiffre d’affaires $ 6 520 $ 7 744 $ 10 248 – 16 % – 36 %
Bénéfice d’exploitation avant impôts 901 1 288 1 993 – 30 % – 55 %
Bénéfice net Schlumberger, hors charges et crédits* 501 819 1 358 – 39 % – 63 %
BPA dilué, hors charges et crédits* $ 0,40 $ 0,65 $ 1,06 – 38 % – 62 %
Marge d’exploitation avant impôts 13,8 % 16,6 % 19,4 % – 281 pdb – 563 pdb
 
Chiffre d’affaires Amérique du Nord $ 1 464 $ 1 955 $ 3 222 – 25 % – 55 %
Bénéfice d’exploitation avant impôts Amérique du Nord (perte) (10 ) 139 416 – 107 % – 102 %
Marge d’exploitation avant impôts Amérique du Nord – 0,7 % 7,1 % 12,9 % – 777 pdb – 1 357 pdb
 
Chiffre d’affaires International $ 4 979 $ 5 714 $ 6 889 – 13 % – 28 %
Bénéfice d’exploitation International avant impôts 1 062 1 259 1 661 – 16 % – 36 %
Marge d’exploitation International avant impôts 21,3 % 22,0 % 24,1 % – 70 pdb – 277 pdb
 

*

Le bénéfice net de Schlumberger, charges et crédits inclus, a été
de 975 millions USD au premier trimestre 2015. La perte nette de
Schlumberger, charges et crédits inclus, a été de
1,016 milliard USD au quatrième trimestre 2015. Le BPA, charges et
crédits inclus, s’est élevé à 0,76 % au premier trimestre 2015. La
perte par action, charges et crédits inclus, a été de 0,81 USD au
quatrième trimestre 2015. Aucune charge ni aucun crédit n’a été
enregistré au premier trimestre 2016. Voir la section intitulée
« Charges et Crédits » pour plus de détails.

 

Paal Kibsgaard, président-directeur général de Schlumberger a déclaré,
« Au cours du premier trimestre 2016, le déclin de l’activité mondiale
et le niveau de perturbation des activités ont atteint des niveaux sans
précédent, alors que l’industrie donnait des signes évidents de
fonctionnement dans un climat de crise de liquidités d’envergure. Les
dépenses budgétisées en Exploration & Production ont de nouveau chuté et
ont considérablement affecté nos résultats d’exploitation. Ce contexte
devrait continuer à se détériorer au cours du prochain trimestre étant
donné l’ampleur et la nature capricieuse des perturbations de l’activité.

« En séquentiel, le recul du chiffre d’affaires de 16 % au premier
trimestre a constitué l’un des déclins trimestriels les plus prononcés
que nous ayons affiché depuis le début de ce ralentissement économique.
Cette tendance a été due à une poursuite de la chute de l’activité et à
une pression tarifaire persistante sur l’ensemble de nos opérations
internationales, ainsi qu’à des retards de projet, des annulations de
travaux et des perturbations des activités. Le chiffre d’affaires
Amérique du Nord a chuté de 25 % en séquentiel, tandis que le nombre
d’appareils de forage dans la partie terrestre des États-Unis a reculé
de 31 %, suite à des réductions budgétaires des clients. À la fin du
trimestre, le nombre d’appareils de forage dans la partie terrestre des
États-Unis était tombé à environ 400, soit une chute de 80 % par rapport
au sommet atteint en octobre 2014. Le chiffre d’affaires International a
reculé de 13 % en raison d’une combinaison de réductions budgétaires des
clients, de perturbations des activités, de ralentissements saisonniers
hivernaux et d’une pression tarifaire persistante. Le recul du chiffre
d’affaires international a été le plus prononcé dans la zone
Europe/CEI/Afrique, où une moindre performance saisonnière a été
exacerbée par une faiblesse plus prononcée du rouble russe. Les chiffres
d’affaires dans les zones Amérique latine et Moyen-Orient & Asie ont
également considérablement chuté.

« Au sein des segments, les chiffres d’affaires des groupes
Caractérisation des réservoirs et Forage ont respectivement reculé au
premier trimestre de 16 % et 20 % en séquentiel, en raison d’une baisse
continue de la demande d’exploration en produits et services
d’exploration et liés au développement, les budgets des clients ayant
été davantage réduits. Le chiffre d’affaires du groupe Production a
reculé de 11 %, une baisse généralement imputable à des services de
pompage sous haute pression inférieurs en Amérique du Nord.

« Comme annoncé précédemment, la fusion avec Cameron a été clôturée le
1er avril 2016. Cameron est désormais le quatrième groupe de produits
Schlumberger, au même titre que les groupes existants Caractérisation
des réservoirs, Forage et Production. Le chiffre d’affaires de Cameron
au premier trimestre a été de 1,6 milliard USD.

« Pendant ce temps les réductions des dépenses d’Exploration &
Production se poursuivent. De récentes enquêtes menées sur les dépenses
pour 2016, indiquent désormais des déclins plus prononcés que ceux
initialement prévus. Les réductions des dépenses mondiales en 2016
approchent les 25 %, ce qui correspond à des réductions de 40 % à 50 %
en Amérique du Nord et d’environ 20 % au plan international.

« Dans ce contexte, nos perspectives globales pour les marchés
pétroliers restent inchangées, avec le resserrement de l’équilibre
offre-demande qui devrait se poursuivre sur le reste de l’année. Même si
de nouvelles exportations venant d’Iran et des inventaires pétroliers
mondiaux croissants ont fait baisser les prix du pétrole en début de
trimestre, les prix ont rebondi jusqu’à environ 40 USD, en raison de
tendances de marché sous-jacentes, de perturbations de
l’approvisionnement et de discussions sur un gel de l’exploitation. Les
prévisions de croissance de la demande restent stables, tandis que les
niveaux de production de l’OPEP ont été largement stables depuis la
mi-2015. La production en Amérique du Nord poursuit sa chute alors que
les effets du déclin se font plus prononcés et tandis que la production
arrivée à maturité hors OPEP est également en recul dans de nombreuses
régions.

« En navigant dans ce contexte, nous restons focalisés sur la recherche
d’un équilibre entre part de marché et rentabilité, tout en travaillant
également à préserver du mieux possible les capacités principales de la
société sur le long terme. Nous continuerons à adapter les coûts et les
ressources à l’activité, tout en restant prudents et en augmentant la
capacité étant donné la nature imprévisible du marché actuel.

« Au milieu d’un repli économique de plus en plus profond, qui est déjà
entré dans son septième trimestre, nous restons optimistes et confiants
quant aux perspectives à moyen terme pour Schlumberger. Notre capacité
inégalée à générer des liquidités dans le secteur des services
pétroliers, nous permet de capitaliser sur diverses opportunités
d’affaires importantes, tout en continuant à reverser de l’argent à nos
actionnaires par le biais de dividendes et de rachats d’actions. Ceci,
combiné aux initiatives stratégiques que nous avons entreprises,
notamment la fusion avec Cameron, nous place dans une excellente
position une fois que les marchés commenceront à se redresser ».

Autres événements

Au cours du trimestre, Schlumberger a racheté 7,1 millions de ses
actions ordinaires à un prix moyen par action de 67,34 USD, pour un prix
d’achat total de 475 millions USD.

Le 24 mars 2016, Schlumberger a annoncé l’acquisition de Meta Downhole
Limited, une société d’ingénierie et de services basée au Royaume-Uni
qui offre de la technologie et de l’expertise afin de fournir des
solutions d’isolation en fond de puits, métal sur métal, dans des
applications d’intégrité du puits.

Le 31 mars 2016, Schlumberger a fait l’acquisition d’Asset Development &
Improvement Ltd., un cabinet-conseil majeur basé au Royaume-Uni pour
l’industrie du pétrole et du gaz.

Le 1er avril 2016, Schlumberger a finalisé sa fusion avec Cameron
International Corporation (Cameron). La transaction combine deux
portefeuilles de technologies complémentaires dans une offre de produits
et de services « allant du forage au pipeline ». La fusion crée une
croissance axée sur les technologies, grâce à l’intégration de
l’expertise en réservoirs et en puits de Schlumberger, avec la
technologie Cameron en équipement de tête de puits et de surface, en
contrôle des flux et en traitement. Cette combinaison se traduira par
les premiers systèmes complets de forage et de production de
l’industrie, rendus possibles par l’expertise de Schlumberger en
instrumentation, en traitement des données, en logiciels de contrôle et
en intégration des systèmes.

Le 5 avril 2016, Schlumberger a annoncé la finalisation de son offre
publique d’achat de 1,24 milliard USD pour les billets de premier rang
en circulation de Cameron.

Le 12 avril 2016, Schlumberger a annoncé que la société allait réduire
ses activités au Venezuela, afin d’aligner les opérations avec les
recouvrements. Cette mesure est prise en raison des paiements
insuffisants reçus au cours des récents trimestres et du manque de
progrès dans la mise en place de nouveaux mécanismes concernant les
comptes clients passés et futurs. La réduction des niveaux d’activité a
commencé et se fera en étroite collaboration avec tous les clients au
Venezuela, afin de continuer à offrir des services aux clients ayant des
liquidités disponibles, tout en permettant une réduction progressive
ordonnée et sécurisée des opérations pour les autres.

Le 20 avril 2016, le conseil d’administration de la société a approuvé
un dividende trimestriel en espèces de 0,50 USD par action ordinaire en
circulation, payable le 8 juillet 2016 aux actionnaires inscrits à la
date du 1er juin 2016.

Amérique du Nord

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires Amérique du Nord de
1,5 milliard USD a reculé de 25 % en séquentiel, alors que le nombre
d’appareils de forage sur la partie terrestre des États-Unis a reculé de
31 % et que les budgets d’exploration et de production des clients ont
été davantage réduits. Le chiffre d’affaires terrestre a chuté de 29 %
en raison d’un ralentissement de l’activité, d’une pression tarifaire
persistante et de l’arrivée précoce du dégel printanier au Canada. Le
chiffre d’affaires en mer a reculé de 18 % en raison d’une activité
réduite, de retards dans les projets et d’une baisse des ventes de
licences sismiques multiclients.

La marge d’exploitation avant impôts Amérique du Nord a reculé de
777 points de base (pdb) en séquentiel pour atteindre – 1 %, alors que
le repli économique devenait plus profond, engendrant de nouvelles
réductions des dépenses d’exploration et de production et tandis que des
perturbations opérationnelles généralisées empêchaient des ajustements
rapides des coûts. Alors que le cap était maintenu sur l’équilibrage de
la position de la part de marché et de la rentabilité, il fallait opter,
du point de vue économique, entre l’arrêt temporaire des opérations et
le coût du maintien des ressources. La marge d’exploitation
décrémentielle a de ce fait progressé de 20 à 30 % en séquentiel. Nous
allons continuer à adapter la capacité de service à l’activité, tout en
conservant les capacités techniques et opérationnelles à long
terme ; nous resterons également prudents dans l’augmentation de
capacité une fois que l’activité donnera des signes de récupération.

Au cours du premier trimestre, les services intégrés et les nouvelles
technologies Schlumberger ont permis d’augmenter la production et
l’efficacité opérationnelle en Amérique du Nord.

Dans la partie terrestre des États-Unis, le National Energy Technology
Laboratory (laboratoire national des technologies de l’énergie) du
ministère de l’Énergie et ses partenaires, l’université de Virginie
Occidentale, l’exploitant Northeast Natural Energy LLC et l’université
d’État de l’Ohio, ont formé le consortium Marcellus Shale Energy and
Environment Laboratory (MSEEL), afin de surveiller la production de gaz
non conventionnel dans les puits de la zone de schiste Marcellus.
Schlumberger a été choisi comme unique fournisseur de technologies et de
services, dans le but de mieux comprendre la performance de production
et l’impact environnemental et social des puits à long terme, afin
d’optimiser les stratégies de gestion protectrice et de traitement des
puits, en vue de futurs développements non conventionnels dans la
région. Les services intégrés de production Schlumberger ont conçu un
programme de stimulation unique qui a maximisé la couverture du puits.
Les technologies Câbles ont inclus le service de géologie de réservoir
photoréaliste Quanta Geo* et le service de carottage latéral rotatif à
grand volume XL-Rock* afin d’identifier une cible privilégiée
d’atterrissage latéral. Une combinaison des technologies Forage &
Mesures, notamment du système orientable rotatif à taux de remontée
élevé PowerDrive Archer*, du service d’évaluation acoustique du schiste
SonicPacer* et du service de positionnement du puits PayZone Steering*,
a confiné les puits horizontaux dans un intervalle cible, tandis que les
services d’intégrité du puits Invizion* ont garanti une isolation zonale
efficace. De plus, le système de vérification du positionnement de
l’agent de soutènement MSS WellWatcher Contact*, a mesuré les données
réparties de température et d’acoustique du puits en temps réel pendant
la fracturation, afin de vérifier l’uniformité du positionnement de
l’agent de soutènement. Les puits du projet ont été exécutés avec succès
et sont désormais en production avec de premiers résultats encourageants.

Dans la partie terrestre des États-Unis, les Services sur puits ont
utilisé le service de fracturation BroadBand Sequence* pour refracturer
plusieurs puits pour le compte d’Enerplus Resources dans le bassin
Williston, dans l’est du Montana et dans l’ouest du Dakota du Nord. Des
experts techniques de plusieurs gammes de produits travaillant dans un
Centre d’intégration des technologies de production, ont aidé le client
à choisir et à classer les puits candidats. La technologie BroadBand* a
relevé les défis posés par le puits exposé et par la nécessité d’une
diversion efficace, en isolant séquentiellement les fractures à
l’intérieur du puits, afin de faire en sorte que chaque groupe à
l’intérieur de chaque zone ait été fracturé et ait contribué à la
production du puits. Un fluide composite à faible viscosité de la gamme
de services de complétion de réservoirs non conventionnels BroadBand, a
garanti une suspension adéquate de l’agent de soutènement et a évité les
éliminations par criblage ou un tassement indésirable du sable sur
l’ensemble de la section latérale. L’analyse du gradient de fracturation
après les travaux sur les puits, a indiqué la présence de nouvelles
roches, d’où une augmentation de la production qui a été multipliée
entre trois et six fois sur les quatre puits refracturés.

Dans la partie terrestre des États-Unis, Trépans & Outils de Forage
Schlumberger ont atteint un métrage foré record pour le compte de BP
Lower 48 dans la zone non conventionnelle de schiste Woodford. La
plateforme avec modèle de foret intégré IDEAS*, a été utilisée pour
personnaliser un foret MDSi813 équipé de trépans P.D.C. RockStorm*
résistants à l’usure et à fort impact. La conception adaptée à l’usage
prévu a amélioré le taux de pénétration (ROP) et a réduit le nombre de
trépans requis pour forer le puits latéral, ce qui s’est traduit par une
amélioration de 71 % du métrage foré par rapport à la moyenne des
10 premiers puits de limite comparables. Cet exploit a permis une
économie AFE de 24 jours et de 1 million USD.

Dans le Dakota du Nord, Complétions a utilisé la technologie soluble
« plug-and-perf » Infinity* pour le compte de Zavanna dans la formation
Bakken. Le système Infinity utilise des coagulants et des sièges de
fracturation dégradables au lieu de bouchons, afin d’isoler les zones
pendant la stimulation ; il convient à une multitude d’applications et
de lithologies de formations. Un contrôle de vérification de la
profondeur finale sur un puits non conventionnel à haute température qui
a utilisé la technologie Infinity, a confirmé qu’il ne restait aucune
trace du système soluble. En conséquence, le client a économisé
50 heures de temps d’exploitation sur un second puits, en éliminant la
nécessité de broyer le bouchon après stimulation.

En Californie, Trépans & Outils de Forage a présenté le trépan à élément
de diamant conique StingBlade* pour forer trois puits géothermiques dans
les comtés de Sonoma et Lake. Dans le passé, les roches ultra-dures de
serpentine, d’argilite et de grauwacke de ces formations avaient
sévèrement endommagé les trépans, ainsi que des passes courtes et lentes
avec une vibration nuisible. La technologie StingBlade a augmenté le ROP
de 97 % par rapport aux passes avec molettes coniques et a amélioré le
métrage de 5 % en moyenne.

Dans la partie américaine du golfe du Mexique, Câbles a terminé un
programme d’acquisition de données en 3D du profil sismique vertical
pour le compte de BP Exploration and Production Inc. En utilisant un
réseau de récepteurs de niveau 100 transporté sur câble métallique,
Schlumberger a établi un nouveau record avec un total de 47 874 tirs sur
une grille de relevés en spirale, avec une distance cumulée de 1 380 km.

Au Canada, WesternGeco a reçu une souscription pour un levé multiclient
3D en eau profonde couvrant plus de 9 000 km2 dans la passe Flamande au
large de Terre-Neuve. L’acquisition sismique débutera au deuxième
trimestre 2016 en utilisant la technologie sismique isométrique marine
IsoMetrix*. L’Amazon Conqueror spécialement conçu de WesternGeco,
remorquera 14 flûtes sismiques pendant l’été et livrera ses premières
images plus tard dans l’année. En 2017, la mesure de 9 000 km2
supplémentaires est programmée afin de fournir pour l’emplacement, des
données contiguës sur longue distance, haut débit et haute résolution.

Zones Internationales

Le chiffre d’affaires pour les Zones Internationales de 5,0 milliards
USD a reculé de 13 % en séquentiel en raison d’une combinaison de
réductions budgétaires des clients, de perturbations des activités, de
ralentissements saisonniers hivernaux, de pressions tarifaires
persistantes et de faiblesses des devises.

Le chiffre d’affaires de 2,0 milliards USD de la zone
Moyen-Orient & Asie
a reculé de 11 % en séquentiel,
principalement en raison du ralentissement saisonnier hivernal en Chine
et d’une baisse de l’activité en Australie et dans la région
Asie-Pacifique, suite à des réductions budgétaires des clients. Ces
facteurs ont entraîné une diminution du nombre d’appareils de forage,
des reports de travaux et des annulations de projets. Le chiffre
d’affaires sur les marchés géographiques du Moyen-Orient a également
baissé du fait que l’activité solide au Koweït, en Égypte et dans les
Émirats arabes unis a été plus que contrebalancée par un chiffre
d’affaires plus faible dans le reste de la région, en raison des effets
de concessions sur les prix des services et de complétions des projets.

Le chiffre d’affaires de la zone Europe/CEI/Afrique de
1,7 milliard USD a reculé de 18 % en séquentiel, principalement en
Russie et en Asie centrale en raison de la faiblesse du rouble russe et
du ralentissement saisonnier hivernal. Des conditions climatiques
sévères, une baisse de l’exploration et des complétions de projets en
mer du Nord, ainsi que des retards de projets et des annulations de
travaux généralisés en Afrique sub-saharienne, ont également contribué à
la baisse du chiffre d’affaires.

Le chiffre d’affaires dans la zone Amérique latine de
1,3 milliard USD a reculé de 9 % en séquentiel, principalement en raison
d’une activité considérablement plus faible au Mexique et en Amérique
centrale et de réductions budgétaires des clients sur les marchés
géographiques de Colombie & Pérou, du Brésil et d’Argentine, de Bolivie
& Chili. Ces effets ont été partiellement contrebalancés par le
démarrage d’un nouveau projet SPM en Équateur.

La marge d’exploitation avant impôts de la Zone Internationale de 21 %,
a reculé de 70 pdb en séquentiel en raison d’annulations de projets, de
retards de travaux et de perturbations des activités, en particulier
dans la zone Europe/CEI/Afrique. En séquentiel, la marge d’exploitation
avant impôts Europe/CEI/Afrique a reculé de 194 pdb à 19 %, tandis que
les zones Amérique latine et Moyen-Orient & Asie ont maintenu leurs
marges respectivement à 23 % et 22 %.

La marge d’exploitation décrémentielle en séquentiel a progressé jusqu’à
27 % alors que des excrémentiels supérieurs en Europe/CEI/Afrique ont
été contrebalancés par une meilleure performance dans les zones Amérique
latine et Moyen-Orient & Asie grâce à des ajustements rapides des
ressources.

Le premier trimestre a connu un nombre d’événements majeurs et
d’attributions de contrats dans les zones internationales, ce qui a mis
en évidence des zones clés de performance Schlumberger en technologie,
intégration, fiabilité et efficacité.

En mars, Schlumberger et le président-directeur général de Saudi Aramco,
Amin H. Nasser, ont inauguré le tout nouveau Centre du Moyen-Orient pour
la fiabilité et l’efficacité (CRE) à Dammam, Arabie Saoudite. Le CRE du
Moyen-Orient est le dernier né et le plus important du réseau de centres
haute performance Schlumberger consacrés aux services de maintenance
avancés pour les technologies de champs pétroliers et représente une
autre étape importante dans la quête de l’excellence opérationnelle de
la société, à travers notre programme de transformation. Outre le CRE du
Moyen-Orient au royaume d’Arabie Saoudite, le réseau compte des centres
régionaux en Malaisie, au Mexique et aux États-Unis. Services de test,
qui a centralisé ses actifs dans le CRE du Moyen-Orient en 2015, a déjà
obtenu une hausse de 21 % dans les temps de rotation des actifs.

Au Koweït, la Kuwait Oil Company a attribué à Schlumberger un contrat
sur cinq ans évalué à plus de 450 millions USD pour l’ingénierie,
l’approvisionnement, la construction, la mise en service et
l’exploitation de deux usines, l’une pour la production de gaz
jurassique dans le champ Sabriya, l’autre pour la production de pétrole
lourd dans le champ Umm Niqa.

En Chine, CNOOC a attribué à Software Integrated Solutions (SIS) un
contrat sur trois ans pour des logiciels d’exploration et de production
et des services connexes, ce qui constitue leur quatrième contrat
remporté consécutif. Le contrat comprend les plateformes logicielles
d’E&P Petrel* et de puits Techlog* et le simulateur de réservoir haute
résolution INTERSECT*. La plateforme Petrel permet aux sociétés de
normaliser les flux de travail depuis l’exploration jusqu’à la
production et de prendre des décisions plus éclairées. L’attribution du
contrat était basée sur le bilan de réussite confirmé de SIS en matière
de fourniture de logiciels de pointe et de services de soutien technique
hors pair.

Toujours en Chine, PetroChina a attribué à Forage & Mesures un contrat
pour 10 puits ultra-profonds et haute température dans les formations
carbonatées Ordovician. Le service sismique en cours de forage
seismicVISION* a permis de surmonter les incertitudes associées à
l’hétérogénéité et aux variations de vitesse et d’épaisseur à la fois
dans les formations creuses et dans la roche volcanique Permian.

Contacts

Schlumberger Limited
Simon Farrant – Schlumberger Limited,
vice-président des relations avec les investisseurs
Joy V. Domingo
– Schlumberger Limited, directeur des relations avec les investisseurs
Bureau
+1 (713) 375-3535
investor-relations@slb.com

Read full story here