Press release

Une étude de référence suggère que la canneberge peut réduire l’utilisation d’antibiotiques

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Le plus vaste essai clinique de son genre révèle le rôle important de la canneberge dans la réduction des IVU symptomatiques et de la résistance mondiale aux antibiotiques LAKEVILLE-MIDDLEBORO, Massachusetts–(BUSINESS WIRE)–Des experts de premier plan en matière de maladies infectieuses et d’infections des voies urinaires (IVU) se réuniront aujourd’hui à Londres pour discuter de l’état

Le plus vaste essai clinique de son genre révèle le rôle important de
la canneberge dans la réduction des IVU symptomatiques et de la
résistance mondiale aux antibiotiques

LAKEVILLE-MIDDLEBORO, Massachusetts–(BUSINESS WIRE)–Des experts de premier plan en matière de maladies infectieuses et
d’infections des voies urinaires (IVU) se réuniront aujourd’hui à
Londres pour discuter de l’état alarmant de l’antibiorésistance et des
présentes conclusions d’une étude de référence montrant de façon
concluante que la canneberge (aussi appelée cranberry) peut constituer
une approche nutritionnelle pour réduire les IVU symptomatiques et, par
conséquent, pourrait être une stratégie utile pour réduire l’utilisation
des antibiotiques au niveau mondial.


Selon l’étude, publiée récemment dans la revue American Journal of
Clinical Nutrition
, boire quotidiennement un verre de 240 ml de jus
de canneberge réduit les IVU symptomatiques de près de 40 pour cent chez
les femmes souffrant d’IVU récurrentes – réduisant la charge des IVU
ainsi que la consommation d’antibiotiques associée au traitement des IVU
récurrentes.

« Actuellement, l’approche majoritaire pour réduire les effets
symptomatiques des IVU consiste à utiliser des antibiotiques chroniques
pour la suppression, une approche associée à des effets secondaires et
au développement d’une résistance aux antibiotiques. L’étude montre que
la consommation d’un verre de 240 ml de jus de canneberge par jour
réduit le nombre de fois que les femmes souffrent d’épisodes successifs
d’IVU symptomatiques et évite les antibiotiques suppressifs chroniques
», a déclaré le Dr Kalpana Gupta, spécialiste des maladies infectieuses
et professeur de médecine à la Faculté de médecine de l’Université de
Boston.

Le Dr Gupta, l’un des auteurs de l’étude et un panéliste à la séance
d’aujourd’hui, estime que la canneberge peut contribuer à réduire
l’utilisation mondiale d’antibiotiques et à améliorer de manière
importante la qualité de vie des femmes souffrant de symptômes d’IVU
récurrents.

Le plus vaste essai clinique de son genre sur la canneberge

L’étude de 24 semaines, effectuée sur 373 femmes par des chercheurs de
l’Université de Boston, Biofortis Innovation Services (une division de
Merieux Nutrisciences) et 18 sites d’essais cliniques aux États-Unis et
en France, est le plus vaste essai clinique de son genre à étudier les
effets de la consommation de jus de canneberge sur les IVU. L’essai
vient s’ajouter à plus de 50 années d’études sur la canneberge et
soutient la capacité de ce fruit à favoriser la santé des voies
urinaires et à réduire les IVU symptomatiques chez les personnes
souffrant d’IVU chroniques.

Les chercheurs ont cherché à savoir si les personnes souffrant d’IVU
récurrentes (ou répétées) pouvaient être protégées d’infections répétées
en buvant du jus de canneberge. Les participantes étaient toutes des
femmes en bonne santé, d’un âge moyen de 40 ans, ayant subi au moins
deux IVU au cours de l’année écoulée. Pour l’étude, les participantes
ont été choisies aléatoirement pour boire une dose quotidienne de 240 ml
de jus de canneberge ou d’une boisson « placebo » ne contenant pas de
canneberge.

Le taux d’IVU a été nettement réduit chez celles ayant consommé le jus
de canneberge, avec seulement 39 diagnostics durant l’étude de six mois
contre 67 dans le groupe sous placebo.

Par rapport à certaines autres études, cet essai avait une puissance
statistique supérieure pour détecter davantage de différences que les
autres du fait de son plus large échantillon, de l’utilisation de la
densité d’incidence pour tenir compte de la tendance des IVU cliniques à
se regrouper dans le temps chez un individu, d’un niveau moyen de
conformité élevé (98 %) et d’un pourcentage comparativement important de
sujets dans chaque groupe arrivant au bout de la période de traitement
(86 %).

Quels sont les symptômes ?

Les femmes souffrant d’IVU symptomatiques éprouvent tous les
désagréments des IVU, comme une envie d’uriner forte et persistante ou
une sensation de brûlure à la miction, mais elles peuvent être, ou pas,
testées positives à une infection bactérienne lorsqu’elles consultent un
médecin. Dans de nombreux cas, les femmes sont traitées avec des
antibiotiques pour soulager les symptômes, et cela, que des bactéries
aient été trouvées ou pas. Selon le Dr Gupta, la clé pour éviter la
situation complètement pourrait très bien se trouver dans la canneberge.

« La clé pour bénéficier des avantages de la canneberge est de consommer
un verre chaque jour pour contribuer à éviter l’infection complètement
», a affirmé le Dr Gupta. « La plupart des personnes attendent d’avoir
une IVU pour boire du jus de canneberge mais, lorsque des symptômes
apparaissent, elles auront probablement besoin d’un traitement par
antibiotiques. »

La corrélation entre les IVU et l’antibiorésistance

Les IVU figurent parmi les infections dont souffrent le plus les femmes
dans le monde. Jusqu’à 60 pour cent des femmes subissent une IVU au
cours de leur vie,1 et jusqu’à 25 pour cent font une rechute
dans un délai de sis mois.2 L’American Urological Association
estime à 150 millions le nombre d’IVU chaque année dans le monde,
conduisant à des dépenses de 6 milliards de dollars chaque année pour
les soins de santé. 3

Les antibiotiques sont généralement le traitement de première ligne pour
les infections des voies urinaires, et les femmes sujettes à des IVU
fréquentes peuvent nécessiter la prescription d’antibiotiques à faible
dose. Malheureusement, la surconsommation chronique de ces médicaments a
augmenté l’antibiorésistance au niveau mondial à un rythme alarmant. À
tel point que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) cite un taux de
résistance de 50 pour cent pour l’un des antibiotiques les plus utilisés
pour traiter les IVU.4

Comment fonctionnent les canneberges ?

Heureusement, les canneberges contiennent une combinaison unique de
composés, dont des proanthocyanidines de type A (PAC A) qui empêchent
les bactéries d’adhérer et de provoquer une infection. En plus des PAC,
de nouvelles études ont révélé une nouvelle catégorie de composés, les
oligosaccharides du xyloglucane, qui ont des propriétés antibactériennes
similaires contre E. coli en tant que proanthocyanidines5.
Cela signifie qu’il y a de multiples éléments uniques dans les
canneberges qui travaillent dur en faveur de votre santé.

Ces composés uniques se retrouvent dans tout un éventail de produits,
dont les cocktails avec du jus de canneberge, le jus de canneberge à 100
%, le jus de canneberge allégé, les canneberges séchées et l’extrait de
canneberge ; toutefois, la majorité des recherches au sujet de la
canneberge et des IVU ont été effectuées en utilisant le jus.

La canneberge, une approche naturelle pour une meilleure santé

La suggestion qu’une approche nutritionnelle comme le jus de canneberge
pourrait réduire l’utilisation d’antibiotiques est une bonne nouvelle du
fait de la menace redoutable qu’elle présente en matière de santé
publique, que l’OMS qualifie comme l’un des plus importants défis
actuels en matière de santé publique6et qui, selon le
chancelier de l’Échiquier britannique, pourrait devenir une menace «
plus importante que le cancer ».7

Selon le Dr Gupta, les personnes souffrant d’IVU peuvent être assurées
que cette approche nutritionnelle est une solution potentielle –
validant davantage plus de 50 années de recherches bien documentées sur
la canneberge.

Vous trouverez de plus amples informations sur l’étude et sur les
avantages de la canneberge en matière de santé sur le site www.cranberryhealth.com.

À propos des bénéfices de la canneberge en
matière de santé

Depuis plus de 85 ans, Ocean Spray effectue des recherches actives sur
les bénéfices uniques de la canneberge en matière de santé afin de
proposer des produits qui non seulement ont bon goût, mais qui sont
également bons pour vous. La canneberge est un fruit exceptionnel
procurant des bénéfices inégalés en matière de santé. En plus d’aider
les consommateurs à absorber la quantité journalière recommandée de
fruits, la consommation de canneberges pourrait constituer une approche
nutritionnelle pour contribuer à réduire certaine infections dans les
voies urinaires et l’estomac. Cela revêt un caractère de plus en plus
important car les bactéries provoquant ces infections deviennent très
résistantes aux antibiotiques les plus puissants utilisés pour les
traiter, alimentant ce que l’Organisation mondiale de la santé considère
comme l’une des plus grandes menaces actuelles pour la santé publique :
la résistance aux antibiotiques. Pour de plus amples informations à
propos de la canneberge et votre santé, visitez www.cranberryhealth.com.

À propos d’Ocean Spray

Ocean Spray est une coopérative agricole dynamique appartenant à plus de
700 producteurs de canneberges et de pamplemousses aux États-Unis, au
Canada et au Chili ayant contribué à préserver le mode de vie des
exploitations familiales pendant des générations. Créé en 1930, Ocean
Spray est aujourd’hui le principal producteur mondial de jus de
canneberge, de boissons à base de jus de fruits et de canneberges
séchées ; c’est également la marque la plus vendue en Amérique du Nord
dans la catégorie des jus en bouteille. Les canneberges de la
coopérative sont actuellement intégrées dans plus d’un millier de
produits goûteux et bons pour vous, dans plus de 100 pays à travers le
monde. Avec plus de 2 000 employés et près de 20 installations de
réception et de traitement des canneberges, Ocean Spray s’engage à gérer
ses activités en respectant ses communautés, ses employés et
l’environnement. Pour plus d’informations, veuillez consulter www.oceanspray.com
ou www.oceanspray.coop.

1 Foxman B, Barlow R, D’Arcy H, Gillespie B, Sobel JD.
Urinary tract infection: self-reported incidence and associated costs.
Ann Epidemiol. 2000 Nov;10(8):509-15.

2 Foxman B, Brown P.Epidemiology of urinary tract infections:
transmission and risk factors, incidence, and costs. Infect Dis Clin
North Am. 2003 Jun;17(2):227-41.

3 American Urological Association. “Adult UTI:
Epidemiology/Socioeconomics/Education.” Disponible à l’adresse : https://www.auanet.org/education/adult-uti.cfm

4 Antimicrobial resistance: global report on surveillance
2014; WHO; http://www.who.int/drugresistance/documents/surveillancereport/en/

5 Hotchkiss AT, Nunez A, Strahan GD, Chau H, White A, Marais
J, Hom K, Vakkalanka MS, Di R, Yam KL, Khoo C. Cranberry Xyloglucan
Structure and Inhibition of Escherichia coli Adhesion to Epithelial
Cells. J Agric Food Chem. 2015 Jun 17;63(23):5622-33.

6 Antimicrobial resistance: global report on surveillance
2014; WHO; http://www.who.int/drugresistance/documents/surveillancereport/en/

7 http://www.dailymail.co.uk/news/article-3539189/Common-infections-deadlier-threat-CANCER-unless-antibiotic-problems-tackled-George-Osborne-warns.html

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Weber Shandwick pour Ocean Spray
Kelly Vesty, 617-520-7061
kvesty@webershandwick.com